Le tour des Annapurnas : mon expérience

Voilà déjà 4 ans que je suis partie faire le tour des Annapurnas et c’est seulement maintenant que je partage cette expérience sur un blog. Ca a été pour moi une expérience si belle et si enrichissante, je souhaite à tous de pouvoir le vivre. Découvrir ce trek dans l’Himalaya à travers mon expérience.

Dans cet article je détaillerai mon expérience pour ce trek des Annapurnas. 

Pourquoi je suis partie faire un trek au Népal ?

Pourquoi pas ?

Alors que j’étais dans une période difficile de ma vie, j’ai compris qu’il fallait absolument que je fixe un bel objectif, un beau projet qui me motiverait à bouger. Etant donné que j’aime la montagne depuis que je suis toute petite, je me suis dirigée vers un projet de trekking en montagnes. C’était pour moi un vrai défi à plusieurs niveaux. J’ai donc regardé beaucoup de sites avec les plus beaux treks du monde et j’ai fini par me porter sur le tour des Annapurna, au Népal.

Ce trek me vendait de magnifiques paysages, dans un pays particulièrement chaleureux et beau. Et pour ça, j’ai été servi, le tour des Annapurnas est magnifique.. Il ne demandait pas une condition physique de fou, donc à ce niveau ça me correspondait bien que ça restait un défi de pouvoir marcher de nombreux km sur plusieurs jours avec pas mal de dénivelé.

A ce moment, j’avais vraiment besoin de sortir de ma zone de confort. Je n’étais jamais sorti de l’Europe, je n’avais jamais dépassé les 2500m d’altitude, je n’avais jamais fait de trek en hautes montagnes, et je n’étais jamais partie seule. J’étais vraiment hors de ma zone de confort et clairement, ça a été l’une des meilleures décisions de ma vie.

Vue d'une lodge sur le trek tour des Annapurnas
Vue le long du trek

 

Avec qui je suis partie pour le tour des Annapurnas ?

Partir accompagné 

Comme je le disais, je suis partie seule. Par seule j’entends que je ne suis pas partie avec un ami ou quelqu’un de ma famille, ni même un inconnu voulant faire le même trek que moi. Au départ, c’est ce que je voulais car je ne voulais pas partir seule. Mais finalement, j’avais trop de contraintes pour partir avec un proche, et pas le courage de partir avec un inconnu.

Mais en réalité, je ne suis pas partie vraiment totalement seule. En effet, je suis partie avec un guide népalais (francophone un peu). Je l’ai déjà expliqué dans l’article « Faire un trek au Népal : le tour des Annapurnas » mais pouvoir partir avec un guide m’a permis de partir. Je pense sincèrement que sans cette possibilité, je ne serais pas partie.  

En effet, partir avec un guide était tout d’abord pour moi une sécurité. N’ayant jamais été en hautes montagnes et encore moins seule, je ne savais pas vraiment comment ça allait se passer. On m’avait parlé du mal aigu des montagnes et avoir un guide à mes côtés était une grande sécurité. C’est un pro de la montagne, il savait exactement comment réagir face à toutes situations.

J’ai également choisi de partir avec un guide francophone. A cette époque j’avais un niveau d’anglais très mauvais, un vrai frein pour partir seule à l’étranger, en tout cas pour moi. Avoir un guide était rassurant, le fait qu’il sache parler un peu français a facilité l’échange, qui aurait été bien plus compliqué si on parlait anglais. En plus de ça, en cas de blessure, même minime comme une entorse, je ne voulais pas me retrouver dans une situation délicate où je n’arrive pas à exprimer ce qui ne va pas, ni à comprendre les conseils pour soulager la blessure.

Aussi, alors qu’à cette époque j’avais un problème avec la solitude, avoir un guide m’a permis d’être jamais vraiment seule. Même si en soi, avec le recul, sur un tel trek on est rarement seul, mais ça m’a permis d’oser partir.

Enfin, avoir un guide ça m’a beaucoup rassuré mais ça a aussi rassuré ma mère. Ca a été plus simple pour elle d’accepter que je parte aussi loin et en pleine montagne sachant que j’étais avec un professionnel de la montagne et qu’elle pouvait contacter l’agence à tout moment si besoin.

Swayambunath - Temple des singes à Katmandou
Swayambunath – Temple des singes à Katmandou

 

Le choix du guide

Quand je me suis enfin décidé à partir seule mais avec un guide, il a fallu trouver le guide.

Je n’avais pas beaucoup de contraintes mis à part que je souhaitais une agence népalaise avec un guide népalais mais parlant un minimum français. Et évidement, une contrainte financière.

Pour trouver mon guide, j’ai fait beaucoup de recherche sur internet, j’ai contacté beaucoup d’agences pour demander un devis. Finalement je me suis tournée vers l’agence qui me proposait un bon prix pour la prestation, une agence qui m’inspirait confiance et surtout avec qui les échanges étaient faciles. Je suis donc partie avec https://www.trekaunepalcompagnie.com/.

C’est une agence familiale franco-népalaise qui existe depuis pas mal d’années, j’avais vu plusieurs avis positifs. Ce qui m’a vraiment convaincu ce sont nos échanges : ils étaient très réactifs à mes emails, ils ont su s’adapter à mes contraintes et j’ai pu avoir un programme personnalisé avec un bon rapport qualité-prix par rapport aux autres agences.

L’agence propose différents trek, dans différentes régions. Ils proposent même différents circuit pour le tour des Annapurnas. 

Durant le trek, tout s’est très bien passé. Mon guide parlait le minimum du minimum français mais ça suffisait. J’ai été très bien accueillie, il était très gentil, à mon écoute, et surtout il s’adaptait à mon rythme. Le circuit qu’on avait établi a été respecté, les hôtels choisis étaient top. Et surtout, j’ai bien été nourri le long du trek ( important quand même :p ).

Enfin, à la fin, une fois en France, l’agence m’a recontacté pour savoir si tout s’était bien passé, et avoir un vrai feedback. A mes yeux, ce n’est pas rien ! J’imagine qu’en 6 ans (car oui ça fait déjà 6 ans que je suis partie), ils n’ont pu que s’améliorer et l’expérience doit être top.

Attention ! Depuis le 1er avril 2023, il est obligatoire de faire appel à un guide par l’intermédiaire d’une agence de trekking agréée par le gouvernement, pour faire un trek au Népal, y compris le tour des Annapurnuas.

Quand je suis partie au Népal ?

Je suis partie en avril 2017 et plus précisément du 11 au 23 avril. Soit 13 jours et 12 nuits. Le tour des Annapurnas a durée lui 9 jours.

Le mois d’avril est une bonne période pour partir. Comme je l’ai indiqué dans mon article « Faire un trek au Népal : le tour des Annapurnas », le top est de partir en octobre/novembre ou mars/avril. Etant donné qu’à l’époque j’étais étudiante, j’étais dépendante des vacances universitaires. Je suis donc partie pendant les vacances de printemps avec un nombre de jours limité puisque je reprenais les cours le 25 avril !

Je ne regrette vraiment pas d’être partie à cette période car il a fait très beau tout le long du trek, ou presque. J’ai seulement eu une journée de pluie et d’orage mais étant donné l’intensité de la journée, c’était une bonne expérience que j’aime raconter aha. Sinon, tout le long je passais mes journées en tee-shirt et lunettes de soleil, même à 3500 mètres d’altitude! J’ai même attrapé un petit coup de soleil.

En revanche, le soir il faisait plutôt frais, mais c’est ça la montagne.

Lever du soleil sur le camp de base de l'Annapurnap de base
Lever du soleil sur le camp de base Annapurna

 

Quel a été mon circuit pour le tour des Annapurnas ?

Pour le circuit, j’ai personnellement fait confiance à mon guide. J’avais une contrainte de dates, pour le coup je n’étais pas flexible. L’agence s’est adaptée et j’ai fait le circuit suivant :

Jour 1 : Katmandu – Pokhara Phedi – Dhumpus 
Au départ de Katmandu 5-6 heures de bus jusque Phedi puis marche jusque Dhumpus.

Jour 2 : Dhampus – Deorali Pass (2100m) – Landrung (1658m)
Découverte du village de Pothana, traversée d’une forêt de rhododendrons, découverte village de Gurung.

Jour 3 : Landrug (1658m) – Chomrong (2215m)
Descente au milieu des rizières, traversée en jungle, traversée d’une rivière par un long pont suspendu, montée vers le village de Jhinu puis montée raide vers le village de Chomrong (dur mais magnifique).

Jour 4 : Chomrong (2215m) – Doban (2510m)
Longue descente puis traversée de la rivière puis remontée vers Sinuwa. Marche dans la jungle avec les langurs. Puis traversée de la forêt jusque Doban.

Jour 5 : Dovan (2510m) – Camp de base du Machapuchare (3700m)
Attention ici au niveau des dénivelés on a fait +1200 mètres en positif à une altitude très élevée, ça a été la journée la plus difficile. Je recommande de faire cette étape en 2 jours plutôt.
Marche en sous bois jusqu’à Hinko, passage par Deurali, traversée de couloirs d’avalange.

Jour 6 : Camp de base Machapuchare (3700m) – Camp de base de l’Annapura (4144m)
Montée face à la face sur de l’Annapurna, vue magnifique sur les glaciers. Montée un peu raide.

Jour 7 : Camp de base de l’Annapurna (4144m) – Dovan (2510m)
Magnifique lever de soleil sur le camp de base. Longue descente.
Attention en réalité ce jour là avec mon guide a été une longue journée de pluie et de l’orage. A Dovan les lodges étaient donc complètes, impossible d’y rester. On est donc descendu un peu avant Chomrong.

Jour 8 : Dovan (2510m) – Chomrong (2215m)

Jour 9 : Chomrong (2215m) – Berethati – Pokhara
Descente dans les rizières, traversées de villages puis 1 heure de bus jusque Pokhara.

Fin du trek !

Circuit itinéraire du tour des Annapurna
Circuit du tour des Annapurnas

 

Si vous pouvez faire plus long, je recommande franchement !

Je n’ai pas eu l’occasion de la faire par manque de temps mais je recommande de faire :

  • Poon Hill : situé à 3200 mètres d’altitude, ce petit détour offre un merveilleux panorama sur le massif des Annapurnas et le sommet du Machhapuchhare.
  • Col Thorung : situé à 5416, après le camp de base. Magnifique. Et c’est la classe de monter plus haut que le mont blanc !
  • Lac Tilicho : situé à 4919m, c’est l’un des lacs les plus hauts du monde. La vue semble magnifique, voire magique. J’en rêve personnellement.
Photo pont suspendu Népal tour des Annapurnas
Moi sur le trek avec ma superbe allure aha

Avec quel budget pour le tour des Annapurnas ?

Voici mon budget détaillé de ce voyage :

  • Billet d’avion Paris – Katmandu A/R : 572,24€
  • Agence trek : 735€
  • Location sac de couchage : 16€
  • Assurance voyage : 34€

→ Soit un total de 1 357€.

A cela j’ai dû ajouter 2 repas, un pourboire pour mon guide, puis quelques friandises le long du trek, de quoi me payer quelques douches chaudes et des souvenirs.

Pour le pourboire, je m’étais beaucoup posé la question puisqu’apparemment c’est quelque chose qui se fait beaucoup là-bas. Puis j’étais satisfaite de mon guide, il m’a accompagné quasi H24 pendant plusieurs jours, je voulais le remercier. Honnêtement je ne sais plus exactement combien j’ai donné et je n’arrive pas à retrouver cette information. Cependant j’avais lu que ça tournait généralement autour de 10% du montant du trek.

J’avais aussi posé la question à Elisa et Maxime (Bestjobers) qui m’avait dit environ 100€ pour un trek de 10-12 jours pour le guide. Ca donne un peu un ordre d’idée.

Vue sur le trek tour des Annapurnas
Vue sur le trek

 

Qu’est-ce que ce trek m’a apporté ?

Partir faire le tour des Annapurnas, au Népal, été l’une des meilleures expériences de ma vie. Comme je le disais, quand j’ai décidé de partir, j’étais dans une période assez compliquée de ma vie. Ce voyage m’a beaucoup appris et m’a aidé à soulager mes maux. Je ne dis pas que ma vie était totalement différente une fois revenue en France, mais disons que ce voyage était le début d’une nouvelle ère de ma vie.

Ce voyage m’a aussi fait comprendre l’importance de la montagne et plus globalement de la nature dans ma vie. Ça m’apporte beaucoup et bien que j’adore vivre en ville, j’ai besoin de cette dose de nature, de montagne. D’ailleurs, à chaque fois que je pars en vacances, il y a de la montagne, c’est essentiel.

Aussi, ce voyage m’a permis de comprendre que je suis capable de partir, de voyager seule. Alors que je voyais ça comme quelque chose de particulière difficile, c’est au contraire, une autre façon de voyager qui est tout autant plaisante.

Enfin, partir au Népal, faire ce trek m’a permis d’avoir beaucoup plus confiance en moi. Et ce pour plein de raison ! Le fait d’être seule, dans un pays loin du confort Européen, en hautes montagnes, avec tout de même des contraintes physiques, rencontrer des personnes avec une culture totalement différente de la mienne, parler très peu français, ce sont des choses qui m’ont beaucoup appris et je suis revenue avec une meilleure confiance en moi.

J’encourage tout le monde à faire ce type de voyage, un voyage dépaysant qui sort d’une zone de confort. Ca ne peut que être bénéfique. Puis de toute façon, en général, voyager, c’est bénéfique !

En tout cas, je suis sûre d’une chose : je referais ce trek mais cette fois-ci avec mon copain. Ca a été tellement fort que j’ai envie de partager cela avec un proche. Et cette  fois-ci je ferai Poon Hill, le col Thorung, et le lac Tilicho.

Bonus

J’ai lu il y a peu un livre d’une femme qui se retrouve au Népal, faire le trek des Annapurna. Ca m’a refait voyagé là-bas (même si l’expérience est un peu différente). L’histoire est très jolie, je recommande ce livre ! Il s’agit de Kilomètre Zéro : le chemin du bonheur de Maud Ankaoua.

4 réflexions au sujet de “Le tour des Annapurnas : mon expérience”

  1. Super article! ça m’a donnée envie de voyager et de faire un treck. Pas sûr que je ferais celui-ci mais c’est envisageable vu qu’il est faisable sans avoir un excellent niveau. Merci pour toute ces informations 🙂

    Répondre
  2. Merci pour ce retour !
    Petite question, le tour des Annapurnas est-il touristique ? J’aimerais y faire un road trip à moto + des treks mais j’ai peur que ce soit blindé de touristes.

    Merci 🙂

    Répondre
    • Quand j’y suis allée (il y a déjà 5 ans maintenant), ça m’a semblé assez touristique mais raisonnablement. Comme c’est de la montagne, on se retrouve facilement seul. Cependant je sais qu’avec le temps il y a de plus en plus de monde qui veulent faire un trek là-bas, c’est vrai que ces beaux paysages, assez accessibles, ça attire. 🙂
      Néanmoins, depuis le 31 avril 2023, il est obligatoire d’avoir un guide pour faire un trek au Népal, je pense que ça a réduit le nombre de touristes.
      En tout cas c’est un beau projet, je te souhaite que ça se réalise !

      Répondre

Laisser un commentaire