Faire un trek au Népal : le tour des Annapurnas

 En 2017 j’ai eu la chance de partir 2 semaines au Népal, pour réaliser le fameux trek, le tour des Annapurnas, dans l’Himalaya. 

Le tour des Annapurnas au Népal… Les passionnés de trekking en montagne le connaissent, le tour des Annapurnas est un des plus beaux treks du monde, c’est un incontournable du Népal, lui-même pays du trekking. Ce trek  dure un peu prés 2 semaines en fonction du rythme et du circuit. Faut-il partir avec un guide ? Quel circuit choisir pour le trek ? Quel budget prévoir pour le tour? Avec quels équipements ? Quand partir au Népal ? Quel niveau physique pour réussir ce trek dans les Annapurnas ? Voici mes conseils, les choses à savoir avant de partir faire un trek au Népal, et plus particulièrement le tour des Annapurnas.

 

Seul ou accompagné ?

Quand j’ai décidé que je souhaitais partir faire le tour des Annapurnas au Népal, j’étais sûre de moi : je ne voulais pas partir seule. Au début je voulais partir avec un ou une amie mais j’ai vite compris que c’était compliqué de trouver quelqu’un avec la même envie que moi, qui avait le budget pour et qui était dispo au même moment que moi pour ce séjour. Alors je me suis penchée vers différents groupes facebook et forum pour trouver un inconnu qui voudrait faire la route avec moi mais j’ai vite réalisé cette fois que ce n’est pas ce que je voulais, j’avais un peu peur à vrai dire…

Alors je me suis motivée : je vais partir seule (ou presque). Tant pis pour les autres.

Je précise « ou presque » car en réalisé je ne suis pas vraiment partie seule puisque j’étais avec un guide. Ici aussi la question s’est posée : 100% seule ou avec un guide ? Après quelques hésitations, voilà pourquoi j’ai décidé de partir avec un guide :

  • Mon niveau d’anglais : vraiment j’avais un niveau si nul que je ne me sentais même pas capable de réserver une chambre toute seule. Je savais qu’avoir un guide avec moi allait m’aider à m’enlever ce poids.
  • Ma non-connaissance de la haute montagne : Et oui, j’allais dépasser les 4000 mètres d’altitude et je ne savais pas comment mon corps allait réagir à ça. Le fameux mal aigu des montagnes me faisait peur. Je ne voulais pas me retrouver seule face à ça, d’autant plus avec mon niveau d’anglais.
  • Le côté « all inclusive » : ça ne correspond pas à l’image d’aventure et d’indépendance que beaucoup de voyageurs mettent en avant mais pour le coup, pour ce premier voyage seule, hors de l’Europe, en pleine montagnes, dans un pays beaucoup plus pauvre que le mien, le fait qu’une agence « tout compris » m’accompagne m’a beaucoup soulagé, ça m’a aidé.

Avec le recul, je suis d’accord avec beaucoup : le tour des Annapurnas est clairement faisable seul, sans guide et encore moins sans porteur. Mais pour autant, je le conseille pour les personnes qui ont peur, qui ont du mal à se lancer dans un tel voyage. Personnellement, je pense que si je n’avais pas cette possibilité de partir avec un guide, je n’aurais pas osé partir au Népal, en tout cas pas à cette période de ma vie.

Bien sûr, faire appel à une agence a un coût : mais honnêtement je ne regrette absolument pas, bien au contraire. Je sais que j’ai bien dépensé mon argent. L’autre jour, j’ai pu lire sur un blog (que je ne retrouve pas…) que le meilleur moyen d’aider des Népalais qui ont clairement un niveau de vie en dessous du nôtre et de leur donner du travail. A vrai dire, je pense qu’il ne demande que ça… Le Népal vit beaucoup grâce au tourisme, et venir chez eux, les faire travailler, c’est les aider.

Quand partir au Népal pour un trek  ?

Tout le monde le sait, la montagne peut être très dangereuse. La météo peut être très changeante et peut totalement bloquer un trek. Alors vaut mieux bien choisir son moment.

Au Népal, il faut faire très attention à la saison des moussons. Celle-ci correspond à notre été, soit de juin à septembre. Cette période est donc totalement à éviter car c’est une saison très humide, qui peut être particulièrement dangereuse en montagnes.

D’octobre à mai, on parle de saison sèche, c’est une saison avec beaucoup d’ensoleillement, et peu de pluie. Parfait pour partir en montagnes.

Généralement on dit que la période idéale pour partir en trek au Népal sont les mois d’octobre/novembre et mars/avril.

Personnellement je suis partie en avril, j’ai eu un temps magnifique tout le long, un magnifique soleil, des températures très agréables en journée. J’ai seulement eu un seul jour de pluie, et la pluie était très intense (une bonne drache comme on dit dans le Nord 😉).

Il est important de privilégier les périodes sèches pour un trek au Népal comme le tour des Annapurnas mais dans tous les cas il faut tout de même rester vigilant, peu importe la période. La montagne est capricieuse et la météo peut être surprenante. Je rappelle qu’en octobre 2014, alors que la période était clémente, une tempête de neige a eu lieu dans le pays, de nombreux trekkeurs ont été bloqués, 43 sont décédés. L’article de cette tempête ici.

Il faut donc être très vigilants !

 

Quel parcours pour le tour des Annapurnas ?

Il existe plusieurs parcours / circuits. Tout dépend du temps que vous avez, de votre condition physique, de votre budget, ou encore des conditions sur le terrain.

Si vous partez avec une agence ou un guide, discutez-en avec lui pour définir le circuit idéal en fonction de vos envies et contraintes.

Si vous partez seul, déterminez à l’avance vos contraintes. Des circuits sont plus fréquentés que d’autres. Le plus important est de bien prévoir où vous allez dormir. Il y a beaucoup de refuges mais dans certains endroits, il vaut mieux réserver en avance, notamment au niveau des camps de base.

Deuxième élément très important : gérer l’altitude. On dit que la règle est de 500 mètres de dénivelé positif maximum par jour. Il faut faire attention de bien laisser son corps s’acclimater car à partir d’une certaine altitude la difficulté peut se faire ressentir. Il vaut mieux prévoir des petites journées avec un dénivelé positif léger à partir d’une certaine altitude.

Enfin, n’hésitez pas à regarder sur internet les différents circuits possibles. C’est assez facilement trouvable.

Mon parcours perso est détaillée dans l’article « Le tour des Annapurnas : mon expérience « .

Quel Budget pour ce trek?

Comme toutes vacances, le budget peut beaucoup varier en fonction de chacun.

La première chose qui va être importante est de savoir si vous partez avec ou sans agence. Si vous partez avec une agence, est-ce que vous partez avec un groupe ou seul ? Avec un guide seul ou guide + porteur ? Repas et transport compris ? Forcément, tout ça va faire varier le prix.

Le circuit va également faire varier les prix, le nombre de jour de marche et donc le nombre de repas et de nuit en lodge.

En faisant des recherches sur internet, j’ai trouvé énormément de prix différents. Difficile donc de chiffrer exactement.

Personnellement, j’ai payé 735€ TTC auprès de l’agence. Cela comprenait :

  • 13 nuits dont 3 à Katmandu, 1 à Pokhara, 9 en lodge sur le trek ;
  • Les trajets Aéroport – hôtel Katmandu A/R ;
  • Les trajets Katmandu – Pokhara A/R ;
  • Tous les repas durant le trek (petit déjeuner, déjeuner, diner);
  • Le diner au restaurant pour le 1er soir à Katmandu ;
  • Les permis pour accéder au trek, parc national ;
  • Le guide/porteur accompagnateur durant tout le trek ;
  • La taxe gouvernementale et assurance du guide.

Autrement dit il ne me restait pas grand à payer à tout ça. Mon budget complet de ce voyage au Népal est détaillé dans mon article « Le tour des Annapurnas : mon expérience « .

Je vous conseille de bien regarder les prix sur internet, de comparer, voire de négocier.

Personnellement j’avais un petit budget et je n’étais pas très flexible au niveau des dates, j’ai dû demander de réduire le temps du trek d’un ou deux jours pour pouvoir le faire.

Enfin, très important et à ne surtout pas oublier : prendre une assurance voyage. En effet, même si vous partez que 2 semaines, il vaut toujours être trop prudent, surtout sur un voyage en hautes montagnes, dans des conditions qui peuvent être incertaines.

Quel niveau de difficulté pour réussir le trek?

Partir en hautes montagnes, marcher plusieurs heures par jour avec un certain dénivelé peut demander une certaine condition physique mais reste à mon avis, accessible pour beaucoup.

Le tout est d’être capable de marcher plusieurs heures par jour, sur plusieurs kilomètres et avec du dénivelé.

Si vous voulez vous entraînez, montez et descendez des escaliers ! En effet, sur le trek, énormément de sentiers sont aménagés en escalier, donc c’est un bon entrainement.

Pour ma part, je marchais avec un rythme plutôt tranquille et en partant le matin, on finissait la marche généralement en début d’après-midi, ce qui me laissait du temps pour reposer mes jambes. Il y a un jour où j’ai senti que c’était vraiment difficile, le dénivelé était assez important (un peu trop), l’altitude était déjà pas mal (on avait dépassé les 3500m), je sentais que mon souffle était lourd et en plus de ça, j’avais attrapé un petit coup de soleil à la tête. Mais globalement mon guide s’adaptait à mon rythme et le paysage faisait oublier toute douleur.

Quel matériel ?

Partir équipé mais léger ! Clairement, il ne faut pas s’encombrer, ça ne sert à rien.

Cependant, il est important d’avoir de quoi s’habiller pour tous les temps. J’insiste, la météo en montagne est imprévisible. La journée il peut faire assez chaud, sec mais une fois le soleil couché, très froid, puis le lendemain très humide, orageux (c’est l’expérience qui parle !).

Il est donc important d’avoir des vêtements chauds pour le soir, léger et respirant pour la journée, des bons vêtements pour faire face à la pluie aussi. Je conseille d’ailleurs d’avoir de quoi couvrir son sac à dos pour la pluie. Car vraiment, la pluie peut être très puissante. Une bonne paire de chaussures. Bonnet, gants voire écharpe, mais aussi lunettes de soleil et casquette.

Il est aussi important d’avoir de quoi assainir son eau. En effet, l’eau est trouvable assez facilement le long des treks, en tout cas sur les sentiers fréquentés mais celle-ci n’est pas potable. Il faut donc avoir soit des pastilles pour purifier l’eau ou une gourde pour filtrer l’eau. Personnellement j’ai opté pour les pastilles, ça faisait l’affaire. Sur le tour des Annapurnas, il est généralement également possible d’acheter des bouteilles d’eau dans les lodges mais attention, ça peut être cher en altitude et surtout, ce n’est pas écologique. Autant prévoir le coup !

Bien sûr, il est nécessaire d’avoir une petite trousse à pharmacie sur soi, crème solaire, coûteau de poche style Opinel, des gourdes, éventuellement lingette pour se débarbouiller quand il n’y aura pas de douche.

Il n’est pas obligatoire d’avoir des bâtons de marche, c’est propre à chacun. Personnellement je n’en avais pas.

Et enfin, un sac de couchage bien chaud ! C’est un élément très important pour bien dormir la nuit. Il peut vite faire froid. Personnellement c’est l’agence avec lequelle je suis partie qui m’en a « loué » un le temps du trek. Un sac de couchage de bonne qualité peut vite coûter cher donc si vous ne voulez pas tout de suite investir, louer ! Il me semble que c’est facile d’en louer en ville, à Katmandu ou Pokhara.

Et j’allais oublier, prévoyez un peu d’argent sur vous. Vous allez éventuellement être tenté par l’achat d’un goûter ou d’une petite bière en fin de journée. Mais aussi vouloir recharger votre téléphone (oui ça peut être payant) ou prendre une douche chaude (payant aussi 😉).

A retenir

  • Partir seul… ou pas !
  • Partir à la bonne saison octobre/novembre ou mars/avril
  • S’entrainer dans les escaliers en attendant le départ
  • Prévoir des vêtements pour tous les temps
  • Prévoir des bonnes chaussures, de quoi purifier l’eau, et un bon sac de couchage
  • Prendre un peu d’argent de liquide sur le trek pour les récompenses en fin de journée
  • Lancez-vous !

Si vous voulez plus d’information sur mon expérience sur ce tour des Annapurnas, vous pouvez lire mon article  « Le tour des Annapurnas : mon expérience « .

N’hésitez pas à me poser des questions, j’adore me replonger dans ce voyage qui a littéralement changé ma vie.

2 réflexions au sujet de “Faire un trek au Népal : le tour des Annapurnas”

Laisser un commentaire